Homme de coeur

 

Homme de coeur

Je vous écris parce que j’ai le cœur chargé de mots pour vous depuis quelques semaines.

Le message de je ne sais où est arrivé et il est temps de vous le livrer en toute simplicité et humilité.

Ces mots pour vous parce que….

  • Parce que vous êtes en chemin tout comme nous les femmes.
  • Parce que vous êtes de tous les temps des cœurs et des courages.
  • Parce que vous êtes en amour.
  • Parce que vous êtes amour.
  • Parce que l’univers vous a entendu dans votre silence.
  • Parce que vous êtes prêts à écouter.

Ce sont des mots sur Vous, sur toutes ces belles rencontres d’hommes qui oeuvrent sur la voie de l’amour et qui sont prêts aujourd’hui à vivre leur cœur pleinement.

À vous Hommes de cœur,

Qui êtes-vous ?

Oserai-je vous demander quelle âme vous habite ?

C’est cette rencontre avec votre cœur, votre corps et votre âme qui se présente à vous aujourd’hui et que je célèbre. Car oui il y a des hommes de cœur, des hommes sauvages, des hommes sensibles, des hommes de lumière qui entendent leur chant du cœur, le chant des femmes, le chant des enfants, le chant de la lune, de la nature, de la vie.

Des hommes qui font l’amour à l’amour. Des hommes qui regardent le flot de l’amour.

Oui vous marchez dans une lumière différente de celle du passé. C’est celle du Nouveau temps d’Amour.

Un temps où je vous entends sortir le son de votre ventre, votre ventre d’émotions, votre ventre de vibrations. Le ventre de la vie. Car si vous ne portez pas la vie, vous la ressentez en vous quand l’enfant bouge, quand la terre se réveille et vous nous accompagnez nous les femmes sur ce chemin de la naissance à l’autre, la naissance de l’enfant, la naissance de notre enfant, la naissance de la vie.

Oui vous sentez votre cœur, celui qui vous fait respirer à l’aube et fermer les yeux sur le silence de votre amour.

Celui qui vous fait entendre à la fois le tremblement de l’amour, le cri des femmes perdues, celui qui vous fait entendre la souffrance des enfants, celui qui vous fait entendre enfin que l’harmonie se crée ensemble et non pas seul contre nous.

Un nouveau jour se lève en face de vous. Une nouvelle nuit se crée en vous.

Fermez les yeux et sentez cette caresse de l’éveil de la vie. Celle qui vous transforme, celle qui vous fait enlacer la femme dans l’étreinte de l’amour.

A l’aube, délicatement vous devenez l’oiseau sauvage dans votre grandeur, dans votre vulnérabilité reliée au vent, dans votre totale liberté. L’oiseau d’une nouvelle histoire que vous allez créer et nous offrir.

Vous les hommes de cœur, vous avez les ailes prêtes à s’engager dans le ciel.

Vous avez des ailes suffisamment grandes pour envelopper le souffle de la vie, envelopper les femmes, les hommes et les enfants afin qu’ensemble nous avancions sur le chemin de la vie.

Vous avez ces ailes de protecteur il est vrai. Car on vous les a toujours données ainsi. Et vous avez fait en sorte de faire ce qu’on vous a demandé.

Vous nous enveloppez quand on a froid, quand on ne sait plus, quand on a peur. C’est plus fort que vous, vos ailes ressemblent à des caresses d’amour enveloppantes envers et contre tout. Et je ressens ce frisson de cette caresse au vent. Nous ressentons ce passage.

Mais alors pourquoi ce courage à vous ? Pourquoi semblez-vous parfois fatigué en étant guerrier ?

Parce que votre cœur est né à l’amour du plus fort. C’est ainsi qu’on vous a fait grandir.

Et si maintenant on s’arrêtait quelques instants et qu’on prenait ce temps pour nous deux.

Qu’on prenait ce temps pour qu’à mon tour je te serre dans mes bras et que mes ailes du courage aussi fassent le tour de ton corps.

Et si on fermait les yeux ensemble et qu’on respirait ce même air, alors je te dirai de te laisser aller et de laisser glisser ton dos sur moi, sur ma poitrine.

Et si je vous disais également que ce courage n’est pas qu’à vous.

Qu’il est une histoire commune venue d’ailleurs et que la femme se sent initiée pour marcher à vos côtés. Le courage est une reliance au cœur et chaque homme et chaque femme en porte cette responsabilité et se tient la main.

La suite de mon texte via ce lien.