La pudeur de nos chagrins

 

La pudeur de nos chagrins

Quand on a mal et qu’on ne dit rien à ceux qu’on aime, on crie à l’intérieur de nous notre chagrin. On garde notre peine sans oser l’exprimer en pensant que personne ne peut nous comprendre ou nous entendre. On se ronge intimement et on finit par entrer dans un schéma psychologique qui s’apparente à l’enfermement émotionnel. Ce fonctionnement psychologique s’appelle la pudeur de nos chagrins. Et il a une explication qui vous aidera sûrement.

D’où vient cette pudeur si difficile à vivre ? Comment faire pour que nos chagrins puissent être dans une pudeur ressentie par les gens qu’on aime ? Que celle-ci ne soit plus cette blessure unilatérale qui nous isole et nous renferme à chaque fois ?

La pudeur ou l’interdit de soi

Le mot « pudeur » vient du latin « pudere » qui signifie avoir honte. La pudeur est donc en lien avec ce sentiment de gêne que nous éprouvons devant autrui. On l’associe à cette honte qui fait référence à plusieurs représentations que nous avons vécues dans notre vie.

La pudeur a donc plusieurs facteurs de déclenchement liés au sentiment de honte et qui repose sur cet interdit de soi. Celui qui ne nous autorise pas à montrer, dire ce que nous ressentons devant les autres.

La pudeur peut se manifester de différentes façons dans notre environnement, dans nos interactions sociales, dans nos liens d’amour. En effet, on peut classifier différents types de pudeur :

La pudeur physique

En effet, notre relation au corps peut générer cette pudeur. Ne pas oser se montrer nu devant l’être aimé, ne pas aimer l’odeur de notre corps ou toutes ses expressions plurielles.

On n’ose pas dire qu’on a honte de son corps et donc on se tait une nouvelle fois et on se cache dans cette intimité corporelle. Pour aider cette pudeur corporelle, il est nécessaire d’aller dans notre enfance pour découvrir notre lien au toucher, dans notre perception du corps quand nous étions petit. Est-ce que vous étiez dans une famille déjà pudique qui vous interdisait de vous promener tout nu dans la maison ? Est-ce que le contact sensoriel était présent ?

La pudeur physique est en étroite corrélation avec cet art du toucher de l’amour. Il est donc important dès le plus jeune âge d’avoir ce contact peau-à-peau et par ce biais d’accueillir la différence, la beauté du corps en lui démontrant de l’amour par les caresses.

Si vous êtes avec un partenaire accueillant dans cette pudeur manifeste, ouvrez ensemble vos espaces intimes en vous touchant sensiblement, en vous découvrant réciproquement dans votre corps. Il est donc important de parler de vos gênes corporelles, de vos complexes et de vous aimer dans ces failles que vous seul parfois qualifiez.

Le regard des autres, le regard de votre partenaire, le regard que vous portez sur vos enfants sur leur corps ne pourront se détourner de ce jugement que vous attirerez. Votre pudeur est tout à fait normale et elle peut simplement grâce au contact de l’amour prendre une autre dimension.

Les corps dénudés font partie de l’expression de notre âme. Ils ont cette magie des retrouvailles avec le cycle de la vie, le sens de notre place matérielle et physique. Accueillons ce corps et partageons-le aussi dans l’intimité avec ceux qu’on aime.

La pudeur émotionnelle

Éprouver de la gêne à exprimer ses sentiments tels que l’amour, la tristesse, la colère, le chagrin, la peur fait partie de ce mal relationnel entre les êtres d’un point de vue général. Le regard et le jugement des autres dans le monde de l’émotion n’est pas encore une chose acquise même si beaucoup de courants éducatifs et neuroscientifiques attestent que l’expression de l’émotion est essentielle pour le développement de l’être. L’émotion est ce symbole fort de l’écologie humaine qui affirme le bien-être et l’évolution de chacun dans sa construction.

Mon texte en entier ici.