Comment surmonter la rupture amoureuse au coeur de la famille?

La séparation et la famille

Prendre la décision de se séparer de son partenaire quand une famille est construite impose des conséquences émotionnelles pour chaque membre qui la compose: enfants, papa, maman, grands-parents, tata, tonton etc.

Il n'est jamais facile de rompre avec son conjoint quand il y a des enfants dans cette histoire d'amour.

Alors comment y arriver? Comment ne pas culpabiliser de ce choix de vie? Comment aider chacun à continuer son chemin?

Quelques soient les circonstances d'une séparation amoureuse, l'enjeu est de taille lorsque les enfants sont au coeur de la famille.

Vous passerez par de grandes questions, vous avancerez, vous reculerez.
Et puis viendront les jugements des personnes extérieures et le poids de la culpabilité.

Quoique vous ferez: partir pour soi, partir pour aimer quelqu'un d'autre, partir parce que vous n'en pouvez plus, partir pour vous protéger, toutes ces raisons vous appartiennent, et de toute façon il y aura toujours des personnes pour vous critiquer, ne plus vous aimer et ne plus prendre de vos nouvelles.

Car celui qui part, dans l'inconscient collectif on le considère comme celui qui va bien, celui qui n'a pas besoin d'aide ou bien celui qu'on doit rayer de sa vie car il a fait mal à l'autre.

Une chose est certaine, personne n'a le droit de vous juger. Ne laissez pas ces attitudes extérieures négatives vous envahir. Et je défie quiconque d'agir dans une rupture amoureuse selon le meilleur mode d'emploi.

Quand on prend cette décision de partir, j'ai envie de dire qu'on fait comme on peut et surtout comme on le sent.

On ne pense pas forcément à protéger l'autre à ce moment-là, il y a quelque chose de plus fort qui naît en nous. Et plutôt que de mentir ou de faire les choses à moitié, on agit jusqu'au bout, on veut tourner la page.

 

Très souvent, le point du rupture avec son conjoint frôle la question de survie. On pense à soi d'abord et même s'il y a des enfants.

Les enfants ne sont pas les êtres qui vous font vivre. Il faut retirer cela de votre esprit. Ce ne sont pas eux qui vous réalisent. Mais c'est bien vous uniquement qui arriverez à atteindre votre accomplissement de vie.

 

Les enfants c'est une question d'amour, c'est dans le coeur. Et ça n'a rien à voir. L'amour pour son enfant reste inaltérable.

Mais quand on est au coeur de la famille avec les enfants, on pense d'abord à eux, on se dit qu'on n' a pas le droit de prendre cette décision. On pense que pour leur bien-être c'est finalement la bonne décision de rester dans ce foyer même si au fond de nous notre coeur devient aride et nourri de peurs, de mensonges et de non dits.

Alors, oui la rupture est un véritable tsunami dans l'intimité de l'amour.
On a du mal à y croire. On se dit que c'est un cauchemar et qu'on va bientôt se réveiller mais très rapidement il faut revenir à la réalité.

Cette réalité de la famille qui est là et qui ne peut tomber dans l'oubli.

La culpabilité liée à votre décision n'a rien d'une pleine présence à soi. Car toutes les personnes qui vous jugeront, qui s'éloigneront même de vous en disant qu'ils ne vous reconnaissent pas ni dans votre choix, ni dans vos actes, ne sont que leurs propres projections de ce qu'ils ne sont pas capables d'assumer. Et par conséquent cette culpabilité ne doit pas vous envahir.

Le chemin de chacun est libre. Et ce qu'il faut garder à l'esprit c'est que votre vie vous appartient et que les effets collatéraux dans une séparation sont inévitables mais vous avez le droit de refaire votre vie, d'aimer quelqu'un d'autre, de prendre un autre virage. La vie n'est pas linéaire.

Mais alors comment dépasser cela et ne pas rester dans cette rancoeur mutuelle de celui qui en veut et de celui qui se sent coupable et donc aider chacun à avancer?

Accepter et pardonner.

Il y a celui qui prend la décision de se séparer. Il arrive que cela soit une décision commune mais ce n'est pas souvent le cas.
Et puis il y a celui qui reçoit cette décision avec surprise, le coeur en effroi et où le temps s'arrête. C'est ce que j' appelle le traumatisme glacial.

Le coeur encaisse et l'autre devient un bourreau face à la victime.

Et c'est dans ce ressenti que les choses se compliquent dans la séparation. 
La rancoeur, la colère, la douleur, et cette volonté de se raccrocher aux enfants bouleversent l'ordre de la vie qu'on pensait établie et rassurante.
Ceux qui resteront dans cette dynamique éteinte et aucunement dans le mouvement de la vie ne dépasseront pas ce traumatisme de la rupture et emmèneront inévitablement les enfants dans la tourmente.

Et cela peut s'avérer dramatique. On met toute la culpabilité sur la personne qui a pris la décision et l'enfant se construit dans ce sentiment d'adulte incapable de conjurer la souffrance.

Vous l'aurez donc compris, il est nécessaire d'accepter ce qui vous pèse. Cela prendra du temps mais il faudra être un adulte responsable et dépasser cette blessure qui est venue réveillée vos sentiments les plus enfouis qui vous appartiennent.

Une chose doit être clarifiée: Ce n'est pas la personne qui provoque la rupture qui crée la souffrance mais bien tout ce que la séparation éveille dans votre coeur d'adulte et celui de votre enfant intérieur que vous avez laissé en sourdine.

Chacun est libre de partir, chacun est libre d'exprimer ce qu'il a en lui.

Et viendra alors le temps du pardon en amour. Ce sont souvent les enfants qui nous emmèneront sur ce chemin du pardon.

En effet, ils ont cette capacité du don inconditionnel du pardon.

Pourquoi en vouloir indéfiniment à la personne qui part ? Pourquoi rester dans la rancoeur? Pourquoi penser que si on en veut à la personne, quelque part on se venge en espérant qu'elle se trompe sur ses choix?

Bien évidemment, je ne dis pas qu'il faut pardonner l'impardonnable qui selon moi reste la violence physique et psychologique qui font de vous un pantin.

Cependant le pardon sera la voie de la délivrance.  Il est un acte de résilience.
Il montrera combien vous êtes résilient face cette douleur.
Il vous accompagnera sur cette voie de la libération pour trouver un sens à tout cela et continuer à avancer.

 

Certains diront que le pardon arrive avec le temps.
Chacun est libre de pardonner à son rythme et heureusement d'ailleurs.

La seule chose qui sera nécessaire c'est de garder cette responsabilité à soi et envers l'autre. Les enfants n'ont rien à voir avec tout cela.

La responsabilité parentale

Les enfants vont grandir dans deux nouveaux environnements familiaux. Et eux aussi vont faire appel à leur résilience pour vivre leurs nouveaux repères.
Ils y arriveront bien plus rapidement que nous. 

Ce qui pourra créer le trouble c'est à la fois s'ils sentent que les deux parents sont encore dans des règlements de compte et par conséquent il se sentira écartelé, mais c'est aussi dans ce sentiment troublé de l'amour.

La question sous-jacente à tout cela est : Mes parents m'aiment-ils pareil même séparément?

Dois-je choisir celui qui m'aimera le plus?

Notre responsabilité parentale est de lui dire que cet amour venant du coeur de papa et de celui de maman est de la même intensité.

Il aura même très clairement deux identités d'amour plus distinctes.

Les enfants de parents séparés se construisent au travers de deux mondes émotionnels et c'est bien pour cela que dans toute séparation il est primordial que l'amour paternel et l'amour maternel continuent à co exister.
Empêcher à l'un de le donner à l'enfant peut avoir des conséquences dramatiques dans l'évolution de ce dernier.

C'est par conséquent notre responsabilité parentale de valoriser à la fois le rôle de la maman et le rôle de papa. Ces deux places sont essentielles auprès de l'enfant.

Plus l'enfant se sentira sécurisé dans cette séparation, plus il grandira avec de vraies valeurs d'amour.
Ce n'est pas la séparation qui crée le mal-être chez un enfant c'est le manque d'amour.

Et ce n'est pas parce qu'un enfant vivra plus avec l'un des parents que l'autre ne pourra pas lui apporter tout ce qu'il souhaite dans cette dose d'amour essentiel pour grandir.

Alors oui surmonter une rupture amoureuse au coeur d'une famille n'est pas évident mais chacun peut y trouver son évolution personnelle sans rester dans le factuel de la situation. Il s'agit de voir plus loin, et surtout de se recentrer sur l'essentiel: revenir à ce que l'amour fut dans la famille et apprendre à s'aimer autrement après avoir pris le virage, après avoir tourné cette page.

Arriver à se séparer sans se détester quand la séparation est endurée par l'un c'est toujours plus compliqué.

Mais il ne faut pas renier ce qui fut, il ne faut pas tirer un trait sur ce qui fut et d'autant plus quand des enfants ont été le fruit de tant d'amour.

La rupture glace les deux partenaires, elle donne la nausée aux deux car elle catalyse un mouvement de panique intérieure reliée à la peur de l'inconnu, la peur de la solitude, la peur de pertes de repères créés depuis des années.

Seule la résilience vous aidera à voir plus loin.

 

La résilience un acte de différenciation.

La résilience amènera à la différenciation nécessaire dans la séparation. En effet, on peut voir des couples qui cherchent soit la totale rupture complète et se cantonne à un échange de valises au moment de la transition de garde des enfants, soit il y a des couples qui vont essayer de mener cette séparation en maintenant une lien coûte que coûte quitte à ne pas reconstruire réellement leur vie voir s'ils sont avec quelqu'un de mettre le nouveau partenaire dans le même bateau en lui imposant son histoire passée, et puis il y a ceux qui seront dans cette résilience différenciée.

A savoir, je continue à être en lien dans la douceur mais sans induire d'erreurs. Chacun est sur son chemin. On peut partager quelques moments qui ont pu être agréables par exemple un hobby ou autre. Mais il n' ya pas de place dans cette différenciation à l'incertitude et le flou.

La séparation est un engagement. Et se montrer résilient dans cette rupture c'est créer une autre façon d'entretenir le lien avec celui qu'on a aimé.

Entretenir une confusion, il n'y a rien de pire pour les enfants.

C'est à nous parents responsables d'accepter cette grande palette émotionnelle qui naît dans la différenciation.

Il est nécessaire d'accueillir tous les sentiments et ressentiments: colère, tristesse, deuil, solitude mais il faut arriver les dépasser.

C'est à nous adulte de nous confronter à cela et d'en faire notre travail de résilient.

 Les causes d'une rupture amoureuse sont aussi diverses que douloureuses voir traumatiques. L'état de sidération dans lequel chacun peut être au moment où cela se passe peut ouvrir des blessures personnelles et peut en créer des nouvelles. Il n'y a pas de solution clé.

Je terminerai ce premier texte sur ce sujet en disant simplement qu'une rupture amoureuse au coeur d'une famille n'est pas seulement une page qui tourne, c'est aussi la prochaine que l'on découvre et qu'il faut apprendre à écrire à plusieurs voix avec la plus profonde des résiliences.

Ecrire la suite de sa vie.

Faire en sorte que toutes les bulles d'amour, qu'une autre lumière pour chaque membre de la famille qui vivra cette rupture amoureuse arrivent à naître.

Voici quelques textes pour aller plus loin dans la résilience:

Les personnes tendres sont-elles plus résilientes?

Naissons-nous résilients? La résilience est-elle innée ou acquise?

Neurogenése: Le pouvoir du cerveau dans la résilience

Les 7 étapes de la résilience

Le pardon en amour