L'oubli et l'amour

L'oubli

Je chuchote les souffrances de mon corps.

Je dis à voix basse ce que je n'aime pas te dire.

Aujourd'hui, je change et j'ose dévoiler ce que tu as aimé de moi et ce que tu désireras de moi.

J'aime être dans l'oubli de ta mémoire car ainsi tu viendras toujours me revoir et je jouerai de ton absence passagère pour un peu plus de présence à moi.

Lorsqu'on est une femme, il y a cette fatigabilité à notre corps qui voudrait bien rester un peu plus endormi et juste ce qu'il faut de mouvement, de courbe pour danser dans le silence de ton regard.

L'amour est une naissance qui meurt à chaque fois. C'est un oubli de soi, c'est une découverte à chaque fois.

S'aimer sans raisons et revenir à l'oubli quand on se sépare, quand on se retrouve.

J'ose me montrer à toi dans ma nonchalance, j'ose regarder cette femme sur cette photo et deviner que tu as déjà oublié l'essentiel de son âme, de son corps pour la laisser partir vers d'autres oublis de la vie.

L'amour est un oubli. L'oubli est un amour et il faudrait toujours naviguer dans ce drôle de voyage pour oser être nue, pour oser se montrer à moitié joueur, à moitié honnête et laisser le corps prendre la place de l'âme devant les yeux de la vie.

L'amour est l'oubli c'est comme un duo qui dirait que j'ai cessé de m'aimer quand tu as commencé à m'aimer, qui dirait que j'ai cessé de t'aimer quand tu m'as aimé, qui dirait que l'amour est juste un sens à la vie et non une direction.

Cet amour suppose l'oubli de soi tout simplement.

Se laisse glisser sur ce fauteuil et deviner que je peux regarder ailleurs en oubliant le vertige sous mes pieds, en évitant une nouvelle fois ce contrôle sur ma vie.

J'aime la sensation d'un frisson emporté qui me pousserait dans la vague sous mes pieds, dans la courbe de mes hanches, dans l'ondulation de mon corps que tu sauras toucher délicatement de tes yeux puis de tes mains.

Dans l'amour et l'oubli on pourrait se fondre ensemble tels de parfaites courbes invisibles à la vie.

Tel un rêve qu'on ne saurait oublier. Ce rêve de l'amour, ce rêve que tu as parfois vécu en me regardant ainsi.

On a beau dire que l'amour s'oublie aussi vite qu'il a parfois commencé sur le fauteuil mais il a déjà la forme du nouvel amour plus fort qui lui ne s'oubliera pas un instant.

Cet amour oublié, cet amour présent qui reste dans le fantôme que je suis devant toi, dans le flot de ton passé et du mien que nous arriverons peut-être si tout va bien à embrasser ensemble.

Je me lèverai alors de ce fauteuil et je me tiendrai debout devant toi plus droite ou courbée que jamais mais je t'inviterai à tout oublier pour m'aimer une nouvelle fois différemment.

Je serai l'amour oublié, je serai l'oubli de l'amour.

Nelly

Crédit photo: Steff Montana

Modèle anonyme.

Pour aller plus loin dans la sensualité: