Elle écrit comme elle souffle sur les pissenlits

Texte écrit en écriture automatique.

Elle écrit comme elle souffle sur les pissenlits. Elle écrit comme elle respire. Elle écrit comme elle aime. Elle écrit comme vient le vent. Elle écrit quand vient la nuit et se lève le jour. Elle écrit comme si le monde lui appartenait. Elle écrit comme si elle avait tout à dire et tout à cacher. Elle écrit comme le diable au corps et le coeur en chamade.

Elle écrit comme si elle mourrait. Elle écrit comme si elle était seule, comme si elle était accompagnée.

Elle écrit comme elle souffle sur les pissenlits parce que la seule chose qu’elle sait faire c’est respirer sa vie et avancer avec les mots.

Elle écrit comme elle souffle sur les pissenlits parce qu’elle doit retrouver une part de son enfance et en même temps la laisser partir pour trouver la femme qui écrit encore et toujours.

Elle écrit comme elle souffle sur les pissenlits parce que c’est la seule fleur qu’elle peut attraper partout sans crainte et sans argent. Elle écrit comme si elle n’avait plus que ça pour vivre. Elle écrit pour trouver son chemin en suivant les aigrettes du pissenlit.

Ces aigrettes qui virevoltent mais suivent le cours du vent sans rien contrôler. Elle écrit avec le coeur courageux et le coeur sensible. Fleur de pissenlit ou dent-de-lion elle écrit avec elle au coin d’un jardin parce qu’elle veut être la reine des mots d’un espace qu’elle connait au fond d’elle.

Elle écrit comme elle souffle sur les pissenlits parce que tout peut se dire autrement , tout peut se nommer autrement.

Dent-de-lion, florion d’or, laitue des chiens, elle découvre à chaque fois autre chose quand elle écrit. Tout s’invente, tout se renomme et tout se lit.

Elle écrit car l’écriture lui a sauvé la vie à l’intérieur d’elle même. L’écriture comme une respiration vitale. Comme une dernière volonté qu’on lui a laissée avant qu’elle ne parte.

Elle écrit comme il écrit lui aussi l’homme des mots.

Elle écrit comme elle souffle sur les pissenlits parce que dans tous ces voyages au vent elle sent que la vie va si vite, que la vie est unique et que tout peut prendre un nouveau départ, un nouvel envol quand on souffle vers le haut.

Elle écrit et c’est déjà pas si mal pour dire le monde intérieur pour révéler la vérité et leur vérité des paradis et des enfers.

Elle écrit pour les non-dits, elle écrit pour les sincères.

A lire sur mon blog: Je suis enfin sincère.

Elle écrit pour ceux qui pleurent, pour ceux qui rient, pour ceux qui sont seuls ou accompagnés. Elle écrit comme elle souffle sur le coeur des solitaires, des injustes, des tristes, des heureux et des uniques.

Elle écrit pour chaque personne qui saura entendre un peu plus le bruit des aigrettes qui partent au vent.

Elle écrit comme elle souffle sur les pissenlits parce que c’est sa liberté.

D’ateliers d’écriture en courses folles de la vie, de textes d’amour en textes courts pour lâcher ce qui est, elle écrit comme elle respire et dans un unique espoir elle espère toucher du bout des doigts toutes ces petites plumes envolées pour en faire une histoire.

A lire Le journal intime